Sa première nuit dans sa chambre !

Oui, oui il a dormi dans notre chambre, même si je ne l’allaitais pas au sein, même si c’était le papa qui donnait le biberon pendant que moi je tirais mon lait à 4h du matin, même s’il a rapidement fait ses nuits et même si sa chambre et juste en face de la notre !
Oui, il a dormi à mes côtés pendant 2 mois et demi, j’en avais besoin, j’avais besoin de l’entendre respirer, d’être près de lui en cas de perte de tétine…

Mais il y a deux jour, j’ai fébrilement décidé de le faire dormir dans son lit, dans sa chambre bref, loin de moi !
Ce soir là, au lieu de prendre mon fils mon le mettre près de moi, je suis allée dans sa chambre pour voir si tout allait bien, lui dire doucement de passer une bonne nuit.
Je suis restée au moins 10 minutes à côté de lui, à me dire « purée, mais c’est moi qui vais  dormir dans sa chambre si ça continue… ».

Malgré la minuscule distance entre sa chambre et ma chambre, j’ai branché le babyphone, je suis resté éveillée à l’écouter dormir, seule (enfin seule… l’homme dormait à côté !).
Mais oui, je me sentais seule. C’est étrange ce sentiment immense, plus rien n’existe. C’en est flippant parce que je ne m’attendais vraiment pas à ce genre d’excès. (on y reviendra)

Je suis restée longtemps, à attendre, attendre de dormir, à écouter sa respiration dans le babyphone et me raisonner en me disant « allez, tout va bien, dors !! »
Je me suis rendue vite compte que le babyphone ne servait strictement à rien parce que j’entendais parfaitement mon fils, mais ça ne m’a pas empêché de le laisser allumer !

Bon, j’ai finalement sombré, d’un œil, d’une oreille, attendant que mon bébé m’appelle. Je le connais bien, vers 4h du matin il se réveille un peu et cherche désespérément sa tétine !
Je l’entends chercher, faire des petits bruits, et je viens l’aider. 1 fois, 2 fois, 3 fois…. 6, 7 fois !
Quand il est à côté du lit, c’est facile, il suffit de tendre le bras. Mais maintenant qu’il est dans sa chambre, c’est chiant !

Ce soir, ce sera sa 4ème nuit dans sa chambre… je m’y fait petit à petit et c’est tellement beau de se lever le matin pour être accueilli par ses si jolis sourires !

Quand la chambre de bébé a faillie être bleue…

Bon, j’ai un léger problème avec les stéréotypes… Une chambre bleue pour un garçon et rose pour une fille… c’est pas vraiment mon truc.
J’aime les teintes sobres pour les murs et apporter les couleurs par la déco, les objets, les meubles…

J’en ai parlé avec l’homme, qui était plutôt d’accord avec moi. Jusqu’au moment où chez Legros Malin, il a vu ce joli bleu très clair, et m’a dit « ho on prend ça ?!! »
Comment dire…. « non ». Bon, comme je ne voulais pas vexer monsieur et ne pas passer pour la connasse de service, qui décide de tout, j’ai préférer dire « pourquoi pas », et chercher un compromis.

Dans ma tête résonnais « bleu, non mais pas bleu ! Toute la chambre en plus !! D’ici quelques années, faudra tout changer, refaire les peintures… hooo la galère !!! pas bleu, pas bleu… Mais c’est quoi ce mec qui change d’avis toutes les 5 minutes !! On était d’accord pourtant ! »

Après quelques minutes de recherche, je trouve un léger gris galets, bien sympa. Il ne fait pas trop blanc, ne tirera jamais sur le jaune (genre coquille d’œuf), et puis c’est une couleur intemporelle qui va aussi bien à un bébé, qu’un petit garçon, voir même un ado (si on n’a pas déménager d’ici là). En plus, question déco, le gris clair, ça va avec tout !
Pour satisfaire mon amoureux, j’ai eu l’idée de trouver du papier peint, de couleur vert vif et bleu turquoise foncé (ouais je suis douée avec le nom des couleurs), ça apportera un peu de peps à la chambre !

Bon, il a fallu argumenter, me souviens plus trop des mots que j’ai employés… mais les murs ne sont pas bleus ! Et ça, c’est bien !